Hejmpaĝo > Dokumentoj > Demandoj-Respondoj

Demandoj-Respondoj

ĵaŭdo 7a novembro 2013

Liste de demandoj kaj respondoj.
Demandas ĵurnalisto aŭ balotanta civitano.
Respondas EDE-ano.
(kontribuoj 2012 - 2013)

1. Qu’est-ce que EDE ?

- Un parti pour promouvoir la démocratie linguistique par l’espéranto.


2. Vous êtes candidats du parti espéranto, et vous proposez qu’on parle tous l’espéranto ?

- Tous ? pas forcément, mais il faudrait initier tous les enfants européens
- Le sigle de EDE c’est "Europe" et "Démocratie" en plus d’Espéranto. Il n’est pas question de l’imposer à tous. L’anglais est imposé, inégalitaire, inefficace. Ce qu’on souhaite, c’est que tous aient accès à l’espéranto.
- Nous ne voulons pas de l’imposition d’un modèle (l’anglais), c’est pourquoi nous proposons l’espéranto.
- Donner davantage de démocratie en Europe : les gens sont enthousiastes quand ils entendent parler d’espéranto. L’anglais est une solution à court terme : une langue nationale pour une communication internationale.
- L’espéranto n’a pas vocation à remplacer les autres langues, mais le but, c’est l’intercompréhension.
- Nous voulons que l’espéranto soit enseigné dans les écoles pour que les européens puissent communiquer entre eux.
- Ce n’est pas le "parti de l’espéranto", c’est EDE. Il faut permettre aux citoyens d’apprendre l’espéranto, pour une démocratie plus équitable.
- Il ne faut pas l’imposer, mais le faire apprendre à tout le monde.
- Oui, l’espéranto plutôt que l’anglais.
- Pas qu’on le parle tous en permanence, mais que tous puissent l’utiliser s’ils le veulent pour un vrai débat démocratique entre citoyens européens.


3. Mais il y a déjà l’anglais pour ça, non ?

- Déjà l’anglais ? non, ce n’est pas efficace. L’enseignement de plus en plus précoce de l’anglais fait perdre du temps. Les heures d’anglais économisées pourraient être utilisées pour l’enseignement de la langue maternelle
- Nos éditeurs savent bien que ce que vous dites est faux. Il n’y a qu’une petite minorité qui apprend bien l’anglais. (ma propre expérience de professeur de langue
- Vous avez raison : on a imposé l’anglais à peu près partout. Mais avec quels résultats ? les statistiques montrent des résultats lamentables. L’espéranto a été fait pour être beaucoup plus facile.
- C’est le modèle ultra-libéral
- C’est inéquitable pour les autres européens.
- Mais l’anglais ne fonctionne pas si bien que ça, alors que l’espéranto est construit pour ce rôle.
- L’anglais est plus difficile. La non-maîtrise provoque de l’intimidation. Cette domination de l’anglais ne se perpétuera pas forcément (ex : chinois ?)
- "pour ça" : l’anglais pour quoi, exactement ? Avec ses nombreuses imprécisions et les mots dont le sens varie selon les circonstances, ce n’est pas une langue "pour" le débat démocratique direct


4. Et pourquoi pas le latin ?

- Non, c’est une langue morte et complexe, qui ne s’adapte pas ; Au contraire, l’espéranto a la facilité de créer du vocabulaire nouveau.
- C’est aussi difficile que l’anglais
- Il est inaccessible à 99% des gens. Nous voulons le développement de la démocratie, et le latin est inadapté pour ça.
- Abandonné, trop difficile. Personne ne le parle aujourd’hui, alors que l’espéranto est parlé.
- Le latin est une langue morte et trop compliquée ; les mots nouveaux n’existent pas.


5. Google fait déjà de la traduction simultanée, c’est encore plus simple, non ?

- L’intelligence artificielle n’est pas satisfaisante. Nous voulons une communication de qualité. Avoir appris l’espéranto donne des facilités pour apprendre d’autres langues.
- La traduction automatique de Google ne donne pas de résultats très satisfaisants.
- Je ne maîtrise pas le résultat fourni par Google, alors qu’en apprenant l’espéranto (plus rapide que l’anglais), je suis plus fidèle à ma pensée.
- Il y a besoin d’être autonome.
- Google ne fait que la traduction de textes écrits, et non l’interprétation directe dans un débat (c’est pareil pour Altavista et les autres traducteurs automatiques). De plus lorsqu’on fait traduire un document par Google, on perd la propriété intellectuelle du document


6. Quels sont vos pronostics après avoir obtenu 0,2% des voix en 2009 ?
- EDE n’est pas là pour avoir des députés, mais pour provoquer une prise de conscience. L’obligation de parler anglais montre que l’espéranto peut être une solution.
- L’objectif est de montrer que l’espéranto a aussi une dimension politique, alors qu’on peut penser que l’espéranto est utile pour les retraités faisant du tourisme. Le score n’est pas le but.
- Le pronostic est que la situation de la gouvernance démocratique de l’Europe ne va pas s’arranger.


7. L’espéranto, c’est un mélange de langues, c’est ça ?

- Toutes les langues sont des mélanges. L’espéranto est un "mélange volontaire" qui en fait une langue moderne. Oui, comme en cuisine, c’est un mélange savant et succulent des meilleurs éléments : les termes les plus simples, les plus courts, communs au plus grand nombre de langues indo-européennes.
- C’est une langue en soi, avec un vocabulaire européen et une structure comme certaines langues asiatiques.
- C’est un mélange de racines de langues, mais c’est une langue agglutinante, comme le basque ou le finlandais.
- C’est une langue à part entière, un mélange de langues comme les autres.
- Ce n’est pas un "mélange" dans le sens où on n’y retrouve pas tout de toutes les langues. On a gardé des morceaux choisis du vocabulaire, liés par un fonctionnement spécifique de la langue, plus précis et plus efficace que les langues naturelles.


8. L’europe a une langue commune, l’anglais, pourquoi l’espéranto ?

- L’anglais est une langue imposée, pas une langue commune. Les gens ne parlent pas assez bien.
- Les résultats sont décevants par rapport aux milliards investis. C’est nouveau ! En quoi l’anglais est-il une langue commune en Europe ? il n’est parlé que par une petite minorité.


9. Tous les articles scientifiques sont aujourd’hui en anglais, comment l’espéranto va rattraper son retard ?

- Cela appauvrit la recherche.
- C’est un modèle féodal, par exemple pour le SIDA
- L’espéranto est déjà utilisé comme langue scientifique, en particulier en Chine.
- Cela dépend d’une décision politique.
- Les articles scientifiques ont une structure très peu variable, très figée. Ce n’est pas un modèle pour un débat démocratique.


10. L’espéranto est parlé par combien de gens dans le monde ?

- Entre 1 et 4 ou 5 millions, mais est-ce important ? Sa facilité d’apprentissage fait que le nombre peut être décuplé s’il y a une décision politique. On peut enseigner après un an d’étude.
- Nous ne savons pas répondre : locuteurs natifs en milliers, actifs en dizaines de milliers, locuteurs courants en centaines de milliers.
- Un à cinq millions, dans tous les pays du monde. L’anglais ne permet pas une véritable communication entre les citoyens.
- Problème difficile, entre milliers et millions.
- Et combien en anglais et en français ? Il y a des espérantophones dans tous les pays. L’idée politique portée par l’espéranto est l’égalité entre les citoyens.


11. Quelles sont vos principales propositions ?

- Une politique linguistique ; promouvoir la diversité culturelle ; la politique linguistique nous touche dans tous les domaines.
- Il faut s’attaquer aux problèmes de fond, comme le développement de la communication et de l’éducation.
- L’Europe souffre d’un problème de démocratie. On ne sait pas ce qui est fait, on connaît mal. Il y a un grand changement à faire : il faut un outil.
- Donner l’espéranto aux Européens, c’est rendre la communication possible entre les Européens. EDE veut rendre publics et compréhensibles les débats européens, ainsi que rendre accessibles les résultats scientifiques (actuellement en anglais). Par une langue commune, beaucoup de questions sont résolvables.
- EDE met l’accent sur la communication équitable, ce n’est pas un parti généraliste. Un petit parti ne doit pas se disperser.
- Promouvoir l’espéranto et les droits linguistiques, et l’intercompréhension.


12. Quelles sont vos autres propositions ?

- Politique linguistique au Parlement européen.
- Les droits sociaux de la déclaration de 1948
- Réponse aux exigences populaires.


13. Il y a déjà beaucoup de partis politiques, pourquoi en rajouter un ?

- Pourquoi vouloir limiter ? La démocratie, c’est la pluralité d’expression
- Les autres partis ne traitent pas des questions linguistiques.
- Il n’y a le choix qu’entre deux partis majeurs. . Tous doivent s’exprimer, avec la possibilité de s’exprimer sous forme politique.
- Aucun autre ne s’occupe de ces questions.


14. Comment se passent ces élections ?

- C’est un petit parti de bénévoles, non soutenu. Nous espérons de de grands partis reprendront cette idée.


15. Vous imaginez l’Europe du futur / Quelle Europe pour le futur ?

- Nous voulons que les citoyens aient leur mot à dire, ils ont besoin de communiquer. Les responsables doivent être les représentants du peuple.
- Une Europe démocratique.
- La possibilité d’une Europe plus démocratique, plus solidaire.
- Une Europe comment ? il faut un débat citoyen, y compris parmi les députés. Les privilèges sont une question taboue.
- Beaucoup se sont éloignés de l’idée européenne, et il y a des reculs sociaux.. Nous voulons une Europe plus démocratique, plus sociale.
- Décisions prises par les peuples eux-mêmes, et non par les seules élites, où les gens pourront communiquer entre eux. L’Europe est cloisonnée par la langue.
- En Europe, les sentiment européen est plutôt négatif. L’Europe actuelle est un échec, il n’y a pas assez de justice ni de transparence dans les institutions.
- Droits linguistiques, une langue commune, et protection des langues maternelles.


16. Le parti de l’espéranto, il est plutôt de gauche ou de droite ? Il fournit les outils de la démocratie.

- C’est l’école de la tolérance.
- Il est ouvert à tous, humaniste, apporte un plus à l’Europe et à la démocratie sociale.
- Les espérantistes jugent eux-mêmes s’ils sont de gauche ou de droite.
- Ni l’un, ni l’autre :il promeut l’espéranto. EDE est pour la démocratie dans l’Union Européenne. Par conséquent, il n’est ni d’extrême-droite (type nazi ou fasciste), ni d’extrême gauche (type bolchevik ou khmer rouge), mais on y trouve des membres allant de l’UMP au Parti de gauche.


17. Une nouvelle langue, pour vous, c’est une priorité ?

- La priorité, c’est un espace public européen, qui n’existe pas actuellement.
- Il y en a besoin, car toutes les autres langues sont nationales ou régionales. Pour combler un vide, il faut une langue commune neutre.
- La priorité, c’est une langue qui permette de se parler, nouvelle ou pas. Dans la pratique, en constatant l’échec des langues traditionnelles, EDE propose de changer pour une langue moderne, claire et compréhensible facilement, l’espéranto.


18. Et pour la crise, est-ce que l’espéranto va la résoudre ?

- On n’a pas de baguette magique, les autres non plus. Faute de démocratie, l’Europe s’est mal construite, les peuples ne sont pas consultés. L’espéranto leur permettra de parler, s’exprimer, se comprendre, construire ensemble une meilleure Europe.
- La crise, c’est parce que les Européens sont mal organisés. Nous leur proposons une langue équitable, facile, pour organiser une Europe plus citoyenne.
- La crise, c’est notamment un déficit démocratique de l’Union Européenne.
- L’espéranto ne peut pas résoudre la crise à lui seul, mais il peut lutter contre l’anglais imposé, les mesures libérales développées sans discussion.
- Aucun parti n’a la solution. L’espéranto n’est pas anecdotique. Que proposent les autres partis ?
- L’espéranto ne donnera pas plus d’argent. L’espéranto est moins coûteux, il permet de voyager de façon moins onéreuse, il ne permet pas de gagner plus, mais il permet de dépenser moins.
- Il y a quelques années, le rapport Grin (sur l’enseignement des langues en tant que politique) indiquait que l’enseignement de l’espéranto en tant que langue de communication pour l’ensemble de l’Europe permettrait à la France (et l’Union Européenne en général) d’économiser des sommes considérables, qui pourraient ainsi être affectées à des dépenses utiles pour la collectivité. Voir : http://www.ladocumentationfrancaise...


19. L’espéranto, un outil contre la corruption ?

- Il n’a pas de vocation directe, mais plus de transparence permettrait plus de contrôle.


20. Pourquoi une petite liste, si vous n’avez aucune chance ?

- C’est le problème de tous les petits partis, mais c’est quand même un tremplin pour développer nos idées


21. Vous dites "espéranto, langue équitable" : comment une langue peut-elle être équitable ?

- Ce n’est la langue d’aucun peuple en particulier, mais elle permet tous les grands débats (écologie, par exemple)


22. Quel score comptez-vous faire ?

- C’est une question secondaire : nos chances d’avoir des députés sont faibles, mais nous voulons informer le public.


23. Pourquoi pas l’anglais ?

- Ce n’est pas une langue équitable. Les autres sont contraints de l’apprendre pendant des années. Il y a deux catégories de personnes : ceux qui l’apprennent seulement à l’école, sans grand résultat, et ceux qui ont du temps et de l’argent, pour perfectionner leur anglais, et qui pendant ce temps n’apprennent pas grand chose.


24. Quels seraient les avantages de l’espéranto sur l’anglais ?

- L’espéranto est une langue internationale et européenne. Ce n’est la langue d’aucun peuple en particulier. Sa facilité d’apprentissage fait qu’il faut 10 fois moins de temps pour apprendre l’espéranto que pour apprendre l’anglais.
- Les anglophones natifs sont infiniment favorisés dans les grandes conférences internationales, les institutions européennes et les grandes entreprises.


25. Comment comptez-vous imposer l’espéranto à tous les européens ?

- L’objet de ces élections est de présenter les avantages de l’espéranto comme une langue auxiliaire en Europe. Ses avantages en font une solution évidente qui s’impose d’elle-même.
- Il faut une politique linguistique ambitieuse : l’espéranto à l’école dès le plus jeune âge, les examens de fin d’étude avec une épreuve en espéranto. Progressivement, les institutions européennes doivent adopter l’espéranto comme langage juridique et scientifique.
- Il ne s’agit pas d’imposer, mais de permettre les échanges culturels avec un outil respectueux des cultures nationales.
- "évidente qui s’impose d’elle-même" : ce n’est pas évident pour tout le monde, et elle a du mal à s’imposer.


26. Quel positionnement sur l’échiquier politique ?

- Cadre qui ne répond pas à notre "solution", nous proposons une solution nouvelle pour apporter de la démocratie vert : écologie des langues.
- Il existe un site internet sur lequel vous pouvez consulter notre programme. Il s’appuie sur la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948.
- Ces distinguos droite-gauche sont dépassés, nos auditeurs en ont bien conscience. En 1946, le monde était "cassé" et nos pères ont choisi de changer le monde. 60% des électeurs s’apprêtent à s’abstenir : ne comptez pas sur moi pour donner écho favorable à ce classement.


27. Espéranto : mais pourquoi pas l’anglais ?

- L’anglais est reconnu : nos auditeurs en sont et les acteurs, et les victimes, puisque toutes les personnes scolarisées "doivent" étudier cette langue. Le coût en est de l’ordre du déficit annuel de la sécurité sociale (soit 13 milliards d’euros).
- Nous sommes des pragmatiques/constructeurs de l’Europe, nous proposons des outils de démocratie, et en particulier la langue pour permettre le dialogue.


28. Pourquoi cette trilogie Europe-Démocratie-Espéranto ? c’est une énigme pour les auditeurs.

- L’Europe est-elle démocratique ? Quel est l’avis de vos auditeurs ? Au départ on a créé l’Europe du charbon et de l’acier. On a fait l’Europe des marchands, et non pas l’Europe des peuples. Pour faire cette Europe, il faut l’espéranto, pour que tous les peuples soient à égalité pour communiquer. Depuis 2004, le doute s’accroît au sein des peuples et la participation aux élections diminue. Notre originalité est de vouloir apporter des solutions pour l’Europe. L’espéranto a été créé spécifiquement pour la communication internationale, toutes les autres langues sont des "outils nationaux", qui ont des qualités, mais qui n’ont pas vocation à être des langues internationales. Quand elles sont utilisées à grande échelle elles comportent un risque d’impérialisme.


29. Quid des Etats-Unis d’Europe ?

- Oui, nous aimerions construire les Etats-Unis d’Europe, mais pas l’Europe des Etats-Unis.
- On constate, avec ce qui vient de se passer sur les "écoutes", que l’Europe n’est pas libre. Tous les conseillers de l’Union Européenne sortent de la même université des EU d’Amérique : Harvard.


30. EDE ne joue-t-il pas un jeu antidémocratique ?

- Les grands partis, c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Je parle des grands partis, les extrêmes peuvent se rejoindre. Les petits partis apportent des idées nouvelles pour répondre aux problèmes d’aujourd’hui. La reprise de l’idée de l’espéranto par les grands partis est souvent vraie avant les élections mais après rien n’est mis en place. Nous nous souhaitons également faire reculer le déficit de démocratie.


31. Que feriez-vous si vous étiez élus ?

- Cours d’espéranto obligatoire pour les élus (ou proposé). En un an, ils pourraient communiquer entre eux. Il faut une génération pour changer la place de l’espéranto.
- Sur le plan politique : mise à disposition gratuite de la langue (voir sur internet). Nous souhaitons permettre à nos députés, commissaires, etc..., de communiquer efficacement.
- Nous souhaitons améliorer l’efficacité de l’Union Européenne. Sur le site europa, une minorité des pages sont en français (souvent les premières), les suivantes ne sont souvent qu’en anglais. Les commissaires ne s’appuient que sur des éléments, des informations en anglais car recueillies par des anglophones ou des personnes qui ne parlent que l’anglais comme langue étrangère.


32. Quelle légitimité (avez-vous ?) pour être tête de liste ?

- J’ai un parcours : marié, 3 enfants, dans l’enseignement public. J’ai constaté le retard croissant dans les apprentissages des matières scientifiques par l’ « obligation" d’apprentissage de langues étrangères et en particulier l’anglais (vous savez qu’aujourd’hui un ingénieur en France ne peut pas avoir son diplôme s’il n’atteint pas 750 au TOEIC, et cette mesure coûte environ 450 euros à la collectivité pour être passé). 2 ans d’apprentissage de l’espéranto = 10 ans d’anglais.


33. Pourquoi 8 femmes sur 8 têtes de listes pour Europe-Démocratie-Espéranto ?

- Aragon disait " la femme est l’avenir de l’homme". C’est un clin d’oeil à la situation actuelle sur les inégalités, en particulier sur les différents items de la déclaration de 1948. Les hommes de nos listes ont voulu tourner la page de la discrimination.


34. Espéranto = langue internationale. Pourquoi l’imposer pour l’Europe ? Danger pour Esperanto ?

- L’anglais est imposé à tous. Faisons découvrir l’espéranto. L’Europe a une vocation d’exemple pour le monde sur la construction d’un mode égalitaire pour ses citoyens. Nous visons une citoyenneté du monde.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

JPEG - 12.3 kb
filmeto FR 2014
JPEG - 3.5 kb
filmeto FR 2009
JPEG - 4.5 kb
filmeto DE 2009
JPEG - 3.3 kb
filmeto FR 2004

revue ESPERANTO-info


Elŝutu la novajn informilojn :

[eo] Informilo 2009 (PDF, 887kb) {PDF}

Dokumentoj

SPIP | | Mapo de la retejo | Gvati vivon de la retejo RSS 2.0